Tarif carte grise : les facteurs qui entrent en jeu

On a tendance à croire que seule la puissance fiscale (consommation et puissance du moteur) de votre véhicule est responsable du tarif de votre carte grise. Il est vrai que c’est ce qui le définit majoritairement, mais pas entièrement.

Date d’immatriculation et carburant

En effet, entre aussi en compte la date d’immatriculation du véhicule. Depuis le 1er juin 2006, une taxe pollution s’ajoute au coût du certificat d’immatriculation pour les particuliers. Celle-ci se paye à chaque changement de titulaire de la carte grise sur les véhicules polluants. Ainsi, votre taux de CO2 aura un impact direct sur le tarif de votre carte grise.

Notons aussi que le type de carburant que vous utilisez est un facteur à ne pas négliger. Un véhicule propre ne devra rien tandis qu’un véhicule Gazole ou Essence paiera le prix fort. Ne pas oublier non plus le mode réception du véhicule, en fonction de la présence ou l’absence de la lettre K, le mode de calcul du coût de la carte grise est différent.

Le dernier facteur, et c’est aussi le plus fluctuant, est votre région d’habitation.

Les chevaux fiscaux par région

Si ce terme ne vous est pas familier, le cheval fiscal est une unité administrative qui définit la puissance d’un véhicule et indirectement le montant de la taxe sur votre certificat d’immatriculation, aussi appelé carte grise. Il est calculé, en partie, à partir de la puissance de votre moteur et de la valeur normalisée d’émission de dioxyde de carbone en grammes par kilomètre.

Ce qui rend, entre autres, le tarif de sa carte grise parfois difficile à estimer est la différence de montant des taxes régionales. Et celles-ci varient chaque année.